mardi 17 octobre 2017

Le pays des contes, tome 1 : Le Sortilège perdu

Titre : Le pays des contes, tome 1 - Le sortilège perdu
Titre original : The land of Stories, book 1 - The Wishing Spell
Auteur : Chris Colfer
Traduction : Yan Brailowsky
Édition : Michel Lafon
Parution : 2013
Nombre de pages : 414
Synopsis : Il était une fois, dans une ville ordinaire, des jumeaux prénommés Alex et Conner... Le jour où leur grand-mère leur offre un livre ancien, Le pays des Contes, leur vie plutôt morose change du tout au tout. Et pour cause ! Ce grimoire se révèle magique et les transporte dans un univers où les contes sont devenus réalité. Sauf que ce monde est beaucoup moins merveilleux que celui des belles histoires qu'ils ont lues. Boucle d'or est une criminelle recherchée, Blanche-Neige dissimule un lourd secret, et le Petit Chaperon rouge n'a même plus peur du loup. Pour rentrer chez eux, Alex et Conner n'ont qu'un seul moyen : rassembler les huit objets magiques comme la pantoufle de Cendrillon ou encore des cheveux de Raiponce, tout en tentant d'éviter les foudres de la Méchante Reine. Car cette dernière semble avoir un plan machiavélique qui pourrait bien piéger les jumeaux dans cette étrange contrée. À tout jamais.


Avis :
    Enfin ! Enfin je l'ai lu. Des années à en entendre parler sur tous les blogs, dans tous les In My Mailbox, dans tous les C'est Lundi, que lisez-vous ? et voilà que je l'ai lu. Bon. Et maintenant ?

    Alex et Conner sont jumeaux : elle est studieuse, appliquée et fan de contes de fées ; il est flemmard, blagueur et garde un raisonnement singulier. Ces deux enfants sont pauvres, vivent seuls avec leur mère depuis que leur père est décédé, et ils n'attendent que de retrouver la joie de vivre. Leur grand-mère passe le jour de leur anniversaire en leur donnant le livre Le pays des contes qu'Alex gardera précieusement, secrètement. Alex et Conner tombent accidentellement dans le livre et se retrouvent dans le Pays des contes, qui rassemblent tous les univers et les personnages de contes qui ont bercé leur enfance. C'est bien, c'est beau, mais il leur faut rentrer chez eux. Une seule solution : rassembler les 8 objets caractéristiques des contes de fées et demander un vœu, celui de rentrer à la maison.

    Commençons par les points positifs : c'est très original. Personne ne peut remettre en cause ceci, non ? L'histoire de la quête et le fait de tomber dans le livre je dis pas, ça fait un peu penser à Harry Potter. Mais le monde dans lequel ils tombent, c'est tout de même rudement bien pensé !
    Le Royaume du Petit chaperon rouge est voisin au Royaume Charmant et au Royaume de Blanche-Neige et tout ce petit monde se côtoie en évitant les trolls, les ogres et la Méchante Reine. C'est à moitié la joie, à moitié l'horreur. J'ai bien aimé suivre Alex et Conner dans les différentes régions du Pays des contes, à chaque région de nouvelles surprises. À chaque région de nouveaux contes et des personnages différents de ceux qu'ils connaissaient en lisant les histoires.

    J'ai beaucoup apprécié de retrouver les personnages de contes qui avaient aussi bercé mon enfance, mais effectivement, ils sont bien remodelés. Pour reprendre l'exemple du synopsis, Boucle d'Or est une fugitive - j'ai d'ailleurs pas bien compris pourquoi - et elle erre de régions en régions pour se sustenter et trouver où loger. À moitié sauvage, à moitié douce, la Boucle d'Or dormant dans le petit lit, utilisant le petit bol et la petite chaise est loin derrière celle du livre. Chaque région sa surprise, chaque Happy End a sa face cachée - coucou Cendrillon ! C'était vraiment super de trouver des petites anecdotes au fil des pages, ça rend la lecture plus surprenante, on voyage vraiment. 

    Ce qui est moins surprenant en revanche, c'est l'intrigue. Enfin, pas l'intrigue en elle-même mais les péripéties. Chaque fois qu'Alex et Conner localisaient un objet - les cheveux de Raiponce par exemple - ils établissaient un plan sans queue ni tête et hop, peu de surprises concernant l'action ! En lisant, je me disais "À tous les coups il va se passer ça" et devinez quoi ? Il se passait ça ! Je suis un peu mauvaise langue, parce que la fin - par exemple - et ben je pensais avoir deviné, et je suis restée à moitié sur les fesses. À moitié parce que oui, quand même, même quelques éléments de la fin sont prévisibles. 
    Ça m'a levé un peu l'enthousiasme que j'avais au début de ma lecture. Le fait de prévoir instinctivement la suite des évènements, ça enlève un peu de magie. Mais bon quelque part c'est pas si grave parce qu'en fait, les plans imaginés par les jumeaux, les personnages qui les aident et les différents objets à trouver sont assez originaux pour que ça puisse couler de source côté intrigue. 

    En réalité, l'histoire va beaucoup trop vite. Les péripéties se succèdent rapidement et j'ai eu du mal à comprendre le pourquoi du comment. Hop, on arrive dans un monde, "Oh mon Dieu c'est Cendrillon c'est formidable", vous auriez pas vu untel avec ceci ? Si ? Oh mais super ! Bon ben on a tout ce qu'il nous faut, allez à plus !". Voilà, en gros, on passe à peine un chapitre en compagnie d'un même personnage ou dans un même lieu.
    Les jumeaux ont-ils trouvé tous les objets ? Sont-ils rentrés chez eux ? Mystère et boule de gomme je ne vous le dirais pas. Ce que je peux vous dire c'est que quand ils trouvent un objet, c'est comme si ça allait de soi. J'ai eu plus de difficultés à trouver le bureau de Poste de mon quartier que eux de dégoter les objets dans un monde inconnu. Ce n'est pas du vécu, je sais où se trouve le bureau de Poste... derrière la rue, juste avant le... enfin là où c'est indiqué sur Google Map.

    J'ai beaucoup aimé les personnages - on a déjà parlé des héros de contes qui sont totalement retournés avec l'exemple de Boucle d'Or - mais aussi, il me semble que des personnages inconnus se soient greffés au Pays des Contes et même eux, ils m'ont plu. J'ai davantage adhéré avec le personnage de Conner qu'avec Alex. Conner est plus intrépide, plus farceur, plus insolent, mais je l'a tout de même préféré. Alex n'a pas de défaut particulier mais... j'ai moins aimé son personnage de fille modèle et "je-sais-tout". C'est comme ça.
    
    Pour conclure, les points forts : les personnages, l’originalité des lieux, les "coulisses" des contes de fées. Les points faibles : des péripéties prévisibles et des plans élaborés à la va-vite et sans queue ni tête. Certains reprochent le style "trop jeunesse" et la superficialité du récit mais je ne vais pas m'arrêter sur ce point : j'ai presque un quart de siècle, évidemment que c'est "trop jeunesse" pour moi...
    Cela dit je vous recommande quand même de plonger vous aussi dans le monde des contes, histoire de retomber en enfance pendant 400 pages !


Chapitre 6, page 106 : 
"- Je repensais à quelque chose. Alice s'est retrouvée dans le pays des merveilles après être tombée dans un terrier de lapin. La maison de Dorothée s'est envolée dans une tornade qui l'a déposée dans la terre d'Oz. Les gamins de Narnia ont traversé une vieille armoire... Quant à nous, nous nous sommes retrouvés dans le pays des contes de fées en tombant dans un livre.
- Où veux-tu en venir, Conner ?
- C'est juste que je trouve ça un peu nul, comparé aux autres, répondit-il en soupirant à nouveau. Je me demande s'il y a un groupe de soutien pour les gens comme nous. Tu sais, des gens qui voyagent par accident dans d'autres dimensions, ou un truc comme ça."

 Lu dans le cadre du
Pumpkin Autumn Challenge

Vous aimerez peut-être :
Gardiens des Cités perdues, tome 1 de Shannon Messenger
Cité 19, tome 1 de Stéphane Michaka

D'autres blogueurs en parlent :

lundi 16 octobre 2017

C'est Lundi, que lisez-vous ? #20






C'est un rendez-vous inspiré de It's Monday, what are you reading ? par One Person's Journey Through the World of Book et qui a été repris par Galleane

On répond comme chaque Lundi à 3 questions : 
1 - Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2 - Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3 - Que vais-je lire ensuite ? 



C'est parti !

1 - Qu'ai-je lu la semaine passée ? 


J'ai terminé la Trilogie de Celle que de Vanyda avec le dernier tome : Celle que je suis. Bizarrement, j'ai moins aimé ce tome-ci que les deux premiers. Ce ne sont pas les œuvres de Vanyda que je préfère. J'ai enfin fini Le Pays des contes : Le sortilège perdu. J'ai été un peu déçue parce que j'en attendais beaucoup. C'est effectivement très jeunesse et très original mais c'est aussi quelque part très vite expédié... enfin je détaillerai ça dans une chronique. 

2 - Que suis-je en train de lire en ce moment ?

♦ L'école du bien et du mal, tome 1 de Soman Chainani ♦
Synopsis : Kidnappées par une sombre nuit d'orage, Sophie et Agatha intègrent l'école du bien et du mal... Un lieu très spécial où on forme les personnages de contes de fées. Pantoufles de verre et chevelure blonde soyeuse, Sophie est sûre de devenir princesse. Tandis qu'Agatha, cynique et solitaire, toute de noir vêtue, se voit déjà en sorcière. Pourtant, rien ne se passe comme prévu... Et si l'erreur de casting révélait leur vraie nature ? 

Alors euh... cette lecture, c'est la lecture jeunesse décevante qui sera de trop. Sur les 3 livres que j'ai déjà présenté aujourd'hui, aucun ne m'a spécialement emballé et 2 sont beaucoup trop jeunesse pour moi. En fait, pour L'école du bien et du mal, au-delà d'être "trop jeunesse", il est surtout "trop brouillon". J'ai dû relire des passages entiers pour être bien sûre de savoir ce qu'il se passait, parfois, on ne sait pas qui parle et ne parlons pas des scènes de course-poursuite ou des scènes avec de l'action...

3 - Que vais-je lire ensuite ?
 

Comme je l'ai dit plus haut, les romans jeunesse, j'en fait une overdose. Alors vu que j'ai un peu emprunté les deux premiers tomes du Secret de l'inventeur, je vais les lire - surtout que jadis, j'avais bien aimé le premier que je dois relire - mais après stop. Je devais lire Glacé pour le Pumkin Autumn Challenge et je pense lire en parallèle Les piliers de la Terre qui me fait de l’œil depuis une semaine.
 
 
 
 Finalement, c'est pas tant l'éclate que ça cette semaine...
Et pour vous ?


dimanche 15 octobre 2017

Enfants de la paranoïa, tome 1

Titre : Enfants de la paranoïa
Titre original : Children of paranoia
Auteur : Trevor Shane
Traduction : Pascal Loubet
Édition : Michel Lafon
Parution : 2012
Nombre de pages : 363
Synopsis : Depuis des siècles, une guerre souterraine, ignorée du commun des mortels, oppose deux clans qui se déchirent au nom du Bien et du Mal . Des deux côtés, des assassins endoctrinés et entraînés dès leur enfance à haïr et à détruire le camp adverse.
Joseph, vingt-trois ans, est l'un de ces tueurs d'élite. Il ne connaît qu'une réalité : tué ou être tué. Mais alors qu'il retrouve ses deux plus proches amis pour quelques jours de vacances dans le New Jersey, il tombe dans une embuscade. Échappant de peu à ce piège mortel, il est envoyé en mission à Montréal où il rencontre Maria, une jeune innocente de dix-sept ans. Pour la première fois, Joseph découvre l'amour... et le doute. S'il veut protéger la femme qu'il aime, il doit abandonner la vie qu'il a toujours connue et trahir ses frères d'armes. Osera-t-il transgresser les règles ?


Avis :
    J'ai obtenu ce livre lors d'un troc. Je l'avais demandé parce qu'il était dans ma WL et qu'en plus, le synopsis m'attirait pas mal. J''en avais beaucoup entendu parler lors de la sortie et j'avais même tenter de le gagner lors d'un concours - si je me souviens bien...

    On rentre directement dans le vif du sujet en suivant Joseph - Joe - lors d'une mission durant laquelle il tuera une jeune femme qui rentrait de son travail. Pourquoi ? Elle faisait partie du Mal, alors que Joe fait partie du Bien. La guerre entre le Bien et le Mal dure depuis très longtemps, si bien que les "soldats" prenant part à cette guerre ne savent pas pourquoi cela a commencé. Les jeunes soldats sont manipulés dès leur adolescence pour leur faire haïr le camp adverse qui représente le Mal. Joe se pose beaucoup de questions : qui dirige la guerre ? Comment ont-il été répartis dans les camp du Bien et du Mal ? Sont-ils sûrs d'être le Bien ? Le Mal ne vaut-il pas mieux que son camp ?
    En rencontrant Maria, ses questionnements seront plus présents, il doutera de plus en plus, mais peut-il tout arrêter pour vivre sa vie avec une innocente, non mêlée à cette guerre ? 

   J'ai apprécié le personnage de Joe qui remet en cause assez rapidement le système qui l'a endoctriné. Il est doué dans son domaine - tuer des gens, chacun son domaine de compétence... - et semble faire partie de l'élite des soldats de son camp. Il est calme, réservé, froid et distant mais "c'est pour le travail". Après sa rencontre avec la douce et raisonnable Maria, il devient plus humain et plus chaleureux et les choses se bousculent vite.

    L'ambiance est pesante et glaçante, et c'est un point fort du roman. On doute de tous les personnages, on est sur le qui-vive, on tressaille lors des combats ou lorsque Joe passe à l'action lors d'une mission. Ce n'est généralement pas mon genre mais j'ai beaucoup aimé suivre Joe dans ses différentes missions, même si l'issue est assez... sanglante. Le livre est un vrai thriller : on frissonne, on reste tendus presque tout le long.
    Ce qui reste dommage, c'est qu'on ne sait pas pourquoi Joe fait ça. Enfin si, il dit qu'il tue les gens parce qu'ils sont "le Mal", mais sur quels critères ? J'ai beaucoup ralenti ma lecture au départ parce que je ne connaissais pas les tenants et les aboutissants de cette guerre et que je ne voyais pas trop l'intérêt. Pour moi, Joe tuait des gens gratuitement, parce qu'un homme le lui avait demandé par téléphone. C'est très mystérieux et finalement, j'ai eu du mal à adhérer au point de vue de Joe et ses collègues. 

    Je ne saurais pas dire si j'ai finalement apprécié ma lecture : le personnage de Joe, son aventure avec Maria et les missions sous tensions sont trois points qui m'ont convaincues de terminer cette lecture mais je dois avouer que j'ai eu du mal. Il n'y a aucun moment de flottement mais j'ai eu l'impression de connaître la suite des évènements à chaque fois
    En réalité, l'histoire est racontée par Joe, qui livre sa vie à Maria via un journal. Au tout début du livre, il lui adresse un mot et ce mot... spoile en fait la fin du livre. J'ai trouvé ça dommage. Arrivée au milieu du roman, j'ai compris que ce mot en disait plus que ce que je pensais, et à partir de là, la tension était là mais j'étais beaucoup moins surprise. Ça refroidit un peu. 

    Le livre est en réalité une trilogie mais à ce jour, les deux derniers tomes n'ont pas été traduits en français. C'est bien dommage parce que je pense que pour une intrigue comme celle-ci, il faudrait lire la trilogie en entier avant de sortir un avis final, comme avec la trilogie Contes des Royaumes.


Chapitre 5, page 68 :
"- Je ne sais pas. Tu crois vraiment qu'ils sont mauvais ?
- Eh bien, c'est soit c'est eux, soit c'est nous, répondit Jared en fixant les vagues du regard.
J'étais écœuré d'entendre cela à tout bout de champ, Maria. Ecoeuré qu'on me dise que c'était eux ou nous. Qu'il fallait tué ou être tué. Déjà, à l'époque, avant qu'on se connaisse, toi et moi, cela ne tenait plus debout. Mais ce n'était pas ce que disait Jared. Ce qu'il affirmait, il fallait que j'y croie.
- Alors c'est tout ? C'est ça ton but dans la vie ? Eux ou nous ? Le premier à tuer est le dernier à mourir ? Je n'arrive pas à voir en quoi ça donne du sens à ta vie."

Lu dans le cadre du
Pumpkin Autumn Challenge

Vous aimerez peut-être :
Extinction de Matthew Mather
Naturalis de Franck Labat

D'autres blogueurs en parlent :

mardi 10 octobre 2017

Celle que..., tome 2 : Celle que je voudrais être

Titre : Celle que..., tome 2 - Celle que je voudrais être
Auteur : Vanyda
Édition : Dargaud
Parution : 2009
Nombre de pages : 192
Synopsis : Valentine est maintenant au lycée et son groupe de copines est dispersé dans différentes classes. Elles se font toutes de nouveaux amis, chacune de son côté. C'est peut-être l'occasion de faire de nouvelles rencontres, voire de se rapprocher de Félix...








Avis :
    J'ai emprunté en même temps les tomes 1 et 2 de cette trilogie, je les ais lu dans la même soirée. C'était deux lectures tranquilles et je dois dire que j'ai davantage apprécié ce tome.

    Valentine est maintenant au lycée, séparée de ses amies qui sont dans d'autres classes. Elle est d'abord un peu perdue et un peu déçue mais c'est l'occasion pour elle de s'affirmer un peu plus. Elle rencontre d'autres personnes, se rapproche de personnes qu'elle n'avait pas fréquenté au collège et qui étaient pourtant dans sa classe et elle affirme ses goûts, enfin !

    Valentine est en train de se transformer, de s'affirmer et je dois avouer que je l'ai préférée ici, parce qu'elle est presque libérée de la pression que lui mettait Émilie dans le premier tome. Elle n'hésite plus trop à aller vers les autres et accepte volontiers les différences de chacun. Émilie semble prendre part à toutes les fêtes où alcool et garçons plus âgés sont présents. Elle n'oublie surtout pas d'inviter Valentine, qui lui sert de faire-valoir la plupart du temps. J'ai davantage apprécié le personnage de Yamina qui prend carrément son envol, choisi les options qui lui plaisent - le japonais - et rejoint un club de manga, entraînant Valentine dans son ascension.

    Certaines chroniques avaient reproché la lenteur de l'histoire du premier tome, qu'il ne se passait pas grand chose. La vie de Valentine bouge et il se passe davantage de choses. Dans le premier tome, j'avais l'impression de rester un peu enfermée dans le même quotidien, avec les mêmes copines et là, Valentine rencontre du monde, elle change de look, s'occupe un peu plus... 
    J'ai bien aimé les nouveaux personnages et j'espère les retrouver de manière aussi récurrente dans le dernier tome, je pense à Gaëlle, Baptiste, Juliette - qui était déjà là dans le premier mais qui devient une bonne copine de Valentine.

    Valentine est de plus en plus intéressant à suivre. On s'y attache vraiment et on espère qu'elle arrivera à trouver son "vrai elle". Je regrette de ne pas avoir emprunté le troisième tome, j'aimerai vraiment connaître la suite.

Page 3 :

Autres tomes :
1 - 3

Vous aimerez peut-être :
Entre ici et ailleurs de Vanyda
Blue Spring Ride, tome 1 de Io Sakisaka

D'autres blogueurs en parlent :

Celle que..., tome 1 : Celle que je ne suis pas

Titre : Celle que..., tome 1 - Celle que je ne suis pas
Auteur : Vanyda
Édition : Dargaud
Parution : 2005
Nombre de pages : 192
Synopsis : Valentine a 14 ans et aime Félix en secret. Personne ne s'en doute. Normal, même dans son groupe de copines, Valentine a du mal à être elle-même.










Avis :
    Je suis fan du travail de Vanyda depuis que j'ai lu sa trilogie L'immeuble d'en face et implicitement, je me suis imposée comme mission de lire toutes ses œuvres. Je suis tombée sur la trilogie Celle que... à la bibliothèque et même si le sujet ne me concerne plus depuis 10 ans, ça ne m'a pas empêché d'apprécier ma lecture

    Valentine est en troisième, elle est toujours accompagnée d’Émilie, Yamina et Julie, ses trois copines. Valentine est la plus discrète, parmi son groupe de copines, mené d'une main de maître par Émilie, la redoublante. Valentine va en cours, à ses premières soirées, flirte pour la première fois, et semble beaucoup se chercher

     J'ai beaucoup apprécié le personnage de Valentine : on sent bien qu'elle cherche toujours à se faire accepter par son groupe de copines. Elle n'ose pas donner d'avis, puisqu'elle se fait la plupart du temps rabrouer par Émilie ou Julie et elle ne peut pas spécialement parler et s'exprimer puisque les discussions sont souvent portées sur les garçons et sur les échecs scolaires de ses copines. Valentine est pourtant bien intéressée par les garçons, mais elle n'ose pas en parler à ses copines. Valentine est attachante : on sent qu'elle aime beaucoup de choses, qu'elle est sociable - bien que timide - et qu'elle n'est pas toujours d'accord avec le comportement de ses copines. En fait, malgré les apparences et son silence, Valentine est plus mature que les autres. Elle semble accepter tout le monde, avec leurs qualités et défauts. J'ai été aussi rassurée de voir que la mère de Valentine tenait des propos qui correspondent avec ceux que ma mère tenait à l'époque - ou qu'elle tient encore aujourd'hui -, ça m'a fait sourire.
    J'ai eu du mal avec le personnage d'Émilie, qui reste un bon exemple d'amie toxique : il suffit que Valentine ou une des autres ne fassent pas comme elle le souhaite pour qu'elle s'énerve, ses amies doivent la suivre si elle le veut, elle dénigre les intérêts de ses copines quand ils sont différents des siens... Julie est en réalité une suiveuse : elle copie les faits et gestes d'Émilie et cela lui joue des tours. Yamina est celle que j'ai préféré : elle se détache de son groupe de copines et n'hésite pas à aller à l'encontre de ce que pense Émilie. C'est aussi avec elle que Valentine a la plus forte complicité - merci les manga !  À elles 4, elles représentent bien les types de personnalités qu'on rencontre au collège ou au lycée, qu'on accroche ou pas. 

    Les dessins de Vanyda sont encore très beaux dans cette saga, les traits sont doux et réalistes et j'apprécie la façon qu'elle a de montrer comment ses personnages sont mécontents de quelque chose, de les faire toujours simples mais plus travaillés qu'ils n'y paraissent. 

    Cette bande-dessinée vous plongera dans vos années collège : dans ce que vous avez détesté et ce que vous avez adoré, dans ce qui vous manque, aussi. J'ai eu l'impression que ce premier tome faisait office d'introduction : on découvre Valentine et le monde dans lequel elle a évolué pendant ses années collège. Je recommande cette saga à tout le monde, mais surtout aux collégiens et aux jeunes lycéens : voici ce qui vous attend, ce que vous vivez, ou ce que vous avez vécu. 


Page 6

Autres tomes :
2 - 3

Vous aimerez peut-être :
Entre ici et ailleurs de Vanyda
Blue Spring Ride, tome 1 de Io Sakisaka

D'autres blogueurs en parlent :

dimanche 8 octobre 2017

In My Mailbox #21


In My Mailbox se déroule tous les dimanches. Il a été pris en charge par le blog Lire ou Mourir chez qui sont rassemblés tous les participants. C'est un moyen de partager tous les livres reçus, empruntés ou achetés. 

Le dernier IMM datant du 3 Septembre ça commence à dater, pour un rendez-vous hebdomadaire qu'on attend comme le nouveau Paris Match . Du coup, je pense que ça deviendra pour moi un rendez-vous mensuel qu'on attendra tel le nouveau National Geographic. Enfin bon c'est juste pour dire que ça deviendra mensuel sur ce blog, peu importe les magazines impliqués :'D


Livres empruntés


D'un côté, on a la douceur et de l'autre, le chaos. Oui, j'aime bien passez du coq à l'âne avec mes lectures. Si jamais je me sens trop heureuse avec Songe à la douceur, je peux connaître la crainte et l'angoisse avec Zodiaque. Avouez que c'est bien pratique. Non ? Bon, ben non.


Livres trouvés


J'ai l'impression que la boîte à livres de mon quartier connaît de plus en plus de succès. Cette semaine, j'ai trouvé Femmes de Dictateur dont j'avais lu de bonnes critiques. On verra ce que ça donne, mais j'aime l'idée de connaître les histoires cachées, les dessous de l'Histoire, aussi sombre soit-elle. J'ai aussi trouvé Un jour, que j'avais déjà lu mais que je relirai volontiers, pour ensuite reposer ce livre là où je l'ai pris, parce que c'est ça, les boîtes à livres.


À bientôt !

vendredi 6 octobre 2017

Made in China

Titre : Made in China
Auteur : J.M. Erre
Édition : Points
Parution : 2010
Nombre de pages : 221
Synopsis : Toussaint Legoupil est préoccupé par le mystère de sa naissance. Il est persuadé de ne pas être comme les autres. Quelle a pu être la réaction de ses parents en le découvrant à l'orphelinat de Chengdu ? Mao et Léon croyaient rentrer en France avec un petit Asiatique et Toussaint apparaît. Or, il n'a rien d'un Asiatique. Toussaint est noir. Toussaint est un Chinois noir. Et il veut savoir pourquoi.






Avis :
    Il y a 2 ans, j'avais lu un premier roman de l'auteur - La fin du monde a du retard - que j'avais beaucoup apprécié. J'avais envie de réitérer l'expérience avec un autre de ses romans, et j'ai trouvé ce petit livre lors d'un vide-grenier : c'était l'occasion.

    Toussaint Legoupil n'est pas le vrai fils de ses parents. Dans l'incapacité de procréer, ses parents ont dû adopter et se sont rendus dans un orphelinat chinois pour l'adopter. Il est le seul enfant adopté à être un chinois Noir. En cherchant à échapper à la possessivité de sa mère, il cherche aussi à rejoindre la Chine, pour comprendre le mystère de ses origines. On suit alors Toussaint durant son voyage et son séjour en Chine. 

    Les romans de J.M. Erre sont toujours absurdes. Ici, on a un jeune homme originaire de Chine, mais avec une peau Noire : mais d'où vient-il vraiment ? La situation est déjà assez compliqué, mais le récit de J.M. Erre rend la chose encore plus bizarre. À cette situation s'ajoute une mère extrêmement possessive, une petite-amie - qui n'en est pas vraiment une - fan de chauve-souris et totalement perchée et des péripéties qui s'enchaînent vivement et bizarrement. On ne peut pas faire plus loufoque que ça. 

    C'était une lecture yoyo pour moi : parfois j'accrochais à l'humour et parfois pas du tout. Parfois, j'accrochais au récit et parfois pas du tout. Il n'y a pas spécialement de logique dans la succession des évènements. On a bien des choses sensées qui se déroulent mais l'instant d'après, les personnages partent en vrille et l'aventure du héros n'a plus de sens. Pour que 5 pages plus tard, un semblant de logique reprenne le dessus.
    Je ne saurai pas dire si j'ai apprécié ma lecture ou pas. Il y a des choses qui m'ont plu : le fait de changer de narrateur, découvrir les entretiens avec le psy qui m'ont particulièrement fait sourire, les références littéraires ou cinématographiques ou encore la fin qui m'a laissée sans voix. J'ai bien reconnu le style de J.M. Erre et même si j'ai parfois roulé les yeux à certaines blagues, je dois reconnaître que j'adhère à son style décalé qu'on retrouve chez David Safier. J'ai peut-être moins apprécié ma lecture qu'avec La fin du monde a du retard à cause de l'intrigue et des personnages qui sont moins attachants. 

    Les adeptes du genre apprécieront sûrement ce roman contemporain qui sort des sentiers battus, comme si l'auteur se moquait de son propre genre et de son métier. Beaucoup d'autodérision et de vannes originales, c'est ce qui me convainc encore de continuer à lire J.M. Erre. 


Chapitre 3, page 89 :
"Toussaint hésita. Ça sentait le piège. En plus, il saignait du nez. Alors il ferma les yeux, avança une main et poussa une porte.
Une porte ? Mais laquelle cher lecteur ?
Si vous voulez que Toussaint aille au Paradis, rejoignez la page 92.
Si vous souhaitez que Toussaint visite le Purgatoire, c'est la page 91.
Si vous mourrez d'envie de jeter Toussaint en Enfer, voyez page 90."


Vous aimerez aussi : 
La fin du monde a du retard de J.M. Erre
Dieu me déteste de Holly Seamon
Maudit Karma de David Safier

D'autres blogueurs en parlent :