jeudi 28 août 2014

Les Folies Bergère

Titre : Les folies bergère
Auteur : ZIDROU - Francis Porcel
Edition : Dargaud
Parution : 2012
Nombre de pages : 92
Synopsis : "A la fin de la guerre - parce que faudra bien qu'elle se termine un jour, hein ! - on s'est tous juré d'aller fêter ça aux Folies Bergère, à Paris. C'est pour ça, le nom."












Note : 14/20

Avis personnel : 
    Je suis tombée sur cette bande-dessinée en fouinant chez mon oncle - je sais c'est moche. Mais on découvre beaucoup d'une personne en observant les livres qui ornent sa bibliothèque. Je sais donc que mon oncle adore Zidrou. Pas la guerre, mais Zidrou. 
    C'est compliqué de noter une bande-dessinée comme celle-ci parce que le sujet ne prête pas à l'amusement, et qu'en plus, la bande-dessinée ne raconte pas une histoire unique, et n'a même pas un fil conducteur très précis. Finalement c'est un peu à l'image de la guerre. 
    Zidrou s'attaque cette fois à l'univers des tranchées, là où les soldats français cherchent la moindre parcelle de bonheur dans cette guerre pleine de boue et de sang. Ils se créent un espace appelé Folies Bergère pour passer du bon temps fictif avec des danseuses et se détendre entre deux assauts en se promettant entre deux rires d'y aller dès la fin de la guerre. Là où leur quotidien n'est que mort, saleté et terreur, les hommes se ruent sur le moindre temps qui leur permet de fantasmer allègrement sur les danses françaises bien connues présentes aux Folies Bergère. C'est un moment de joie et une parenthèse dans leur quotidien macabre : et pour nous aussi !

  Les personnages ont tous des surnoms, une personnalité étudiée mais un de ceux-là retiendra tout particulièrement votre attention : Rubinstein. Ce soldat condamné à mort pour avoir fait une circoncision à son chef - il lui refusait des permissions - va malgré tout survivre aux impacts de balles. Par deux fois. Il y a aussi cet homme qui attend que sa femme mette au monde son enfant, et ceux qui attendent de pouvoir aller aux Folies Bergère.
  Je me demande que dire de plus sur cette BD tant elle reflète l'espoir des soldats, la résignation et le manque d'affection qu'ils peuvent ressentir. A part le fait que Rubinstein survive, et une invitée surprise, la BD reste assez réaliste, tant par les dessins que pour l'Histoire et le moral des personnages. On notera le clin d'oeil à Monet, Clemenceau et Rembrandt - trois personnalités qui apparaissent dans cette BD à des rôles bien distincts et dans des univers différents. Il arrive parfois aussi que l'on retrouve les proches des soldat, à l'arrière, tristes mais plein d'espoir. Les dessins semblent caricaturaux au niveau des visages mais les blessures, le front et les armes sont réalistes, on peut admirer le travail du dessinateur, qui, malgré l'ambiance macabre, nous fait quand même de magnifiques dessins.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire