mercredi 29 juin 2016

La passe-miroir, Livre 1 : Les fiancés de l'hiver

Titre : La passe-miroir, Livre 1 - Les fiancés de l'hiver
Auteur : Christelle Dabos
Édition : Gallimard Jeunesse
Parution : 2013
Nombre de pages : 519
Synopsis : Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l'arche d'Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. A quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d'un complot mortel.






Avis :
    La première réaction que j'ai eu en finissant ce livre était celle-ci : "Pourquoi je n'ai pas lu ce livre immédiatement au lieu de le faire poireauter dans ma bibliothèque pendant 3 mois ?". Mais ma pauvre Amélie, mais c'est parce que tu es idiote ! Vous l'aurez compris : j'ai adoré ce début de saga

    Ophélie vit sur l'arche d'Anima. Tout le monde sur Anima a un don, mais elle en a deux particuliers : elle lit le passé des objets et passe à travers les miroirs. Le fait de lire le passé des objets avec un réel talent lui donne la possibilité de tenir un musée, dont elle s'occupe avec passion et dévotion : son musée c'est sa vie. Malheureusement, elle est en âge de se marier et bien qu'elle ait refusé deux demandes en mariage de deux cousins - fort mal lotis - elle se retrouve contrainte d'accepter la demande d'un prétendant habitant sur une autre arche. Elle n'est pas très séduction et elle ne comptait d'ailleurs jamais se marier, mais on ne contredit pas les Doyennes. Elle part donc avec son fiancé Thorn à la Citacielle avec pour seul au revoir celui de sa mère.
   Avec ce contexte, ça part quand même pas mal fort, c'est vrai, j'adore les mariages forcés - et l'ironie. J'avoue encore que le personnage d'Ophélie ne m'a pas plus au premier abord. Je l'ai trouvée un peu trop timide et pas assez affirmée. Coincée dans son musée avec son écharpe, sans aucune envie de changer, et sans vouloir faire aucune concession, je n'ai pas spécialement apprécié. Bon vous me direz elle est mariée de force avec un inconnu totalement sauvage donc je la comprends, j'aurais certainement le même comportement, mais cette attitude a été un peu lourde sur le départ. 
    Après c'est sûr qu'en découvrant son fiancé, je ne lui ai plus jeté la pierre. Thorn est antipathique, sauvage, pas beau garçon et ne semble penser qu'à lui. Seule la curiosité de voir comment tout ça allait se goupiller m'a forcé à continuer. 

    Ce n'est qu'une fois qu'Ophélie, sa tante Roseline et Thorn arrivent à la Citacielle que j'ai commencé à comprendre comment fonctionnait les personnages. Les personnalités s'affrontent, se plaisent, se manipulent, se trahissent et pourtant j'ai adoré ça. Il y a une ambiance un peu lourde : Ophélie a quitté précipitamment sa maison pour découvrir un tout nouvel univers - et un nouvel accent ! - et elle n'est pas prête à faire des concessions. Les personnalités du clan des Dragons sont dures et violentes et notre douce Ophélie est aux antipodes de ce comportement-là. Ophélie m'a un peu déçue par son côté entêté. C'est parfois une qualité mais plusieurs fois elle a été trop loin - et cela a été accompagné par des moments de conflits assez durs eux aussi. 
   C'est un coup de cœur et je n'ai fait que critiquer. Mais ce n'est rien ça... vous en faîtes une tête ! Ça c'était au début, dans les 100 premières pages. Après c'est génial, c'est un tiramisu au Nutella - oups un placement de produit.

    Christelle Dabos nous offre ici un environnement riche et varié : tout est complexe lorsqu'on débarque dedans mais c'est finement bien construit. Il y a une histoire à travers l'histoire : à travers les yeux d'Ophélie on comprend pourquoi plusieurs arches composent le Pôle, et pourquoi plusieurs clans et pourquoi les pouvoirs chez chacun, etc. C'était tellement bien construit que je m'y suis noyé avant d'y plonger la tête première dedans. Ça faisait des années que je n'avais pas lu d'histoire si originale. Par "originale" comprenez "sans prophétie, sans élu(e) et sans un méchant qui veut toujours tout détruire". L'histoire se résume à Ophélie et ce qui l'entoure - même si ce qui l'entoure est super vaste, ça comprend son fiancé, sa famille et un clan des Dragons super vicieux.
   On évoque dans le synopsis le fait qu'Ophélie doive "dissimuler son identité". Alors je peux vous en parler : à un moment, les gens comprennent que Thorn va finir par se marier - et vu qu'ils redoutent tous un mariage pour des raisons X ou Y, ben faut bien cacher la demoiselle. En gros, elle se fait passer pour quelqu'un d'autre pendant un long moment dans le livre. C'était bien. J'ai aimé découvrir une nouvelle facette de cet univers bien complexe, même si je m'en suis lassée vers la fin. J'ai trouvé dommage qu'on ne montre pas plus la facette "naturelle" d'Ophélie alors qu'au départ c'était ce côté qui avait été accentué.

    Indépendamment de cet univers bien ficelé, j'ai voulu lire ce livre pour la relation découlant de ce mariage forcé. On s'attend forcément à ce qu'ils ne s'aiment pas, qu'ils ne se parlent pas, que l'un critique toujours l'autre... et bien oui !! J'ai envie de dire que c'est le plus beau love-hate que j'ai eu à lire de toute ma vie, mais encore faut-il parfois dénicher le "love". Vous allez adorer les voir se détester. Je suis vicieuse. 
    J'ai adoré le personnage de Thorn tout autant que j'ai voulu le détester. Les indécis adoreront ce livre. Il a des réactions et des comportements incompréhensibles et c'est au fur et à mesure que j'ai réussi à apprécier un peu ce personnage torturé - oui je suis folle.

   Je recommande ce livre à tout le monde - adultes comme enfants, comme adolescents, filles ou garçons. Si vous aimez les histoires de clans qui se tapent dessus avec du sang, c'est pour vous. Si vous aimez les filles timides avec des écharpes trouées et des lunettes, mais qui sont quand même un peu classes avec leurs pouvoirs, c'est pour vous. Si vous aimez les grands, blonds, maigres, sérieux et totalement antipathiques, c'est pour vous. Et puis très sérieusement, si vous aimez lire, et être totalement emportés dans un autre monde, c'est pour vous.


Chapitre 36, page 517 : 
"C'était elle qui avait décidé qu'elle ne serait rien d'autre qu'une liseuse, une gardienne de musée, une créature plus adaptée à la compagnie des objets qu'à celle des êtres humains. Lire avait toujours été une passion, mais depuis quand les passions étaient-elles les seules fondations d'une vie ?"


Autres tomes
2 - 3

Vous aimerez peut-être : 

D'autres blogueurs en parlent :

10 commentaires:

  1. J'avais adoré aussi :D mais je n'avais pas du tout ressenti les lenteurs du début ni rien o.o

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi non plus... c'est juste les personnages qui ne me plaisaient pas tant que ça et puis paff ! Je les ais adoré :)

      Supprimer
  2. Il est dans ma WL, j'essaierai de me le procurer dans quelques temps :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En plus il est sorti en format poche ;)

      Supprimer
  3. Je l'ai dans ma PAL et dès que j'ai terminé le livre que j'ai en ce moment, je le commence immédiatement.
    Tellement de personnes en parlent, je veux savoir pourquoi ahah

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais parce qu'il est super génial :D bonne future lecture !!

      Supprimer
  4. Alors moi, au contraire, j'ai beaucoup apprécié Ophélie dès le départ. Je trouvais justement qu'elle dénotait par rapport aux héroïnes badass qu'on nous sert à toutes les sauces en jeunesse. Et j'ai trouvé qu'elle avait plutôt du caractère, justement.
    Mais sinon, je suis tout à fait d'accord avec toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ça c'est sûr qu'elle est aux antipodes de ce qu'on voit en général. Cela dit je préfère ça qu'une héroïne clichée. :)

      Supprimer