jeudi 18 mai 2017

Seulement si tu en as envie...

Titre : Seulement si tu en as envie...
Auteur : Bruno Combes
Édition : Michel Lafon
Parution : 2016
Nombre de pages : 281
Synopsis : En apparence, Camille a tout pour être heureuse. Sauf que son mari la délaisse, sa belle-famille l'exaspère, son ado de fille vit sur une autre planète ; seul son jeune fils, Lucas, lui apporte un peu de réconfort. Aussi, quand Stephen, son premier amour, reprend contact avec elle après des années de silence, se laisse-t-elle emporter par une tornade de sentiments, mais elle s'interdit d'y céder.
Stephen, qui n'a jamais cessé de l'aimer, se met alors à écrire leur histoire : celle de deux enfants de seize ans qui s'étaient juré un amour éternel. Quand elle reçoit son manuscrit, Camille est bouleversée. Mais elle découvre qu'il est inachevé. Et que c'est à elle d'en écrire la fin.

Avis :
    J'avais lu et entendu de bonnes critiques vis-à-vis de ce livre. J'avais même apprécié le synopsis au point de le demander à Noël. Ce livre a été finalement extrêmement dur à terminer

    Bruno Combes nous plonge dans la vie de Camille, une quarantenaire à qui tout sourit : de beaux enfants, une magnifique carrière, des amies géniales... mais un mari qui ne fait plus attention à elle.
Tout d'abord, je tiens à signaler qu'à la fin de ma lecture, la première pensée que j'ai eu était : "Finalement, je ne suis pas la cible de ce livre". C'est certain. Les problèmes d'une quarantenaire, je ne peux pas me les représenter, je ne peux pas compatir comme si j'avais eu son âge.

    J'ai eu vraiment du mal à avoir de la peine pour Camille : "Oh mon dieu que cette maison est immense et froide. Oh mon Dieu mon mari ne me voit plus comme quand j'avais 20 ans, il ne connait pas mon parfum préféré. Oh mon Dieu comme ma fille est ingrate à rester sur Facebook à écouter du Maître Gims". Les trois quarts du livre se composent comme ça : Camille décrit l'environnement de riche dans lequel elle vit, Camille se plaint, Camille décrit la tranquillité de Paris, Camille se plaint.
    Elle ne trouve réconfort que lorsqu'elle est en présence de sa "petite-mère" - ou sa mère adoptive - mais je n'ai pas accroché. Cette "petite-mère" est comme la gouvernante de ses beaux-parents, elle est traitée comme une moins que rien mais oh ! quand Camille est arrivée dans la famille, quel réconfort. Soit. Je n'ai pas compris pourquoi ce personnage était mis en avant pour que finalement, ce soit le "petit-père" l'élément clé.

    Quand le personnage de Stephen a été introduit j'ai eu un semi-espoir : "enfin, l'élément déclencheur !", et puis en fait... non. Camille le décrit comme le sosie de l'acteur qui joue le Mentalist, donc on a un monsieur blond qui vend des livres près de la Seine, et à Londres aussi parce qu'il est pauvre mais pas tellement. J'ai bien aimé découvrir leur rencontre - enfin leur seconde rencontre puisque ce sont des amoureux du lycée hein ! - et puis on sait pas pourquoi, y'a un poil de mélodrame qui vient se coller à cette nouvelle rencontre. Pourquoi ? C'était romantique tout plein. Pourquoi Monsieur Stephen "Mentalist" parle de ses terribles malheurs ? Du coup, même dans la joie c'est triste. Vous suivez ? 
    Globalement, tous les personnages sont froids et ternes : soit ils sont stricts - parce que de la haute bourgeoisie voyez - soit totalement en décalé - genre celui qui vend des livres, ou celui qui a décidé de pas écouter ses parents hou le vilain. En fait, c'est trop cliché. Stephen en bon libraire, n'a que Shakespeare à faire découvrir à Camille, Camille dit "aimer la lecture" mais n'a lu que du Levy ou du Gavalda, la fille de Camille n'écoute que du rap auquel la mère jette un oreille critique, on parle de la Tour Eiffel et des monuments de Paris... Un peu d'originalité non ? L'originalité du livre résidait dans le manuscrit, mais malheureusement...

    Comme beaucoup d'autres livres, celui-ci possède aussi un synopsis "menteur". Je m'explique : on nous parle d'un manuscrit dont Camille doit écrire la fin. Alors, spoiler : le manuscrit, on ne prend connaissance de son existence que vers la page 218. Non, en fait j'en sais rien mais en gros, vers la fin du livre. Donc pour celles et ceux qui espéraient un côté romantique via l'écriture d'un manuscrit - coucou moi ! - n'espérez plus ! 

    J'ai été terriblement déçue de ce livre. J'en attendais beaucoup. Je me disais : "Chouette, enfin un roman contemporain qui sera palpitant, avec une belle histoire d'amour et des personnages attachants". Et je n'ai rien eu de tout ça. Je me disais : "Enfin un roman français romantique que je vais pouvoir lire à la place de tous ces romans fantastiques young-adult". Donc c'est ça qu'ils aiment les adultes ? Des livres descriptifs sur la vie terne d'une femme de leur âge, qui trompe son mari à la suite d'une pulsion sans avoir discuté avec lui au préalable de ce qui n'allait pas ? Je suis si déçue. C'est ça de grandir ? S'identifier à une femme qui a tout mais qui veut ce qu'elle n'a pas, presque par vengeance ou par caprice ?  J'aimerai être confrontée à l'avis d'une femme - ou d'un homme - qui a lu ce livre. Juste pour voir si c'est mon âge qui joue ou si c'est ma personnalité.


Chapitre 13, page 187 :
"Aujourd'hui est le plus beau jour de notre vie, car hier n'existe plus et demain ne se lèvera peut-être jamais."

Vous aimerez peut-être (davantage) :
Le liseur du 6h27 de Jean-Paul Didierlaurent
Et je danse aussi... de Jean-Claude Mourlevat et Anne-Laure Bondoux
La lettre oubliée de Nina George

D'autres blogueurs en parlent :

8 commentaires:

  1. Olalala...ce livre ne me donne pas du tout envie! Pourtant la couverture nous donne l'impression d'avoir affaire à une super belle histoire d'amour!

    Au vu du descriptif que tu fais de Camille, je sais que je ne l'aurais pas du tout supportée. Je déteste quand les personnages se plaignent tout le temps et ne se remettent jamais en question. C'est vraiment lourd! Tout est de la faute des autres. En plus ces plaintes ont l'air assez futiles ^^

    Haha, j'adore ce que tu dis par rapport à Camille la grande fan de littérature qui n'a lu que deux auteurs dans sa vie...

    Et oui, malheureusement ce livre a l'air bien trop cliché! Il ne me correspondrait pas non plus parce que je trouve la vie de Camille trop pépère - ça serait un peu comme lire sur le trajet de mamie Josette de la cuisine aux toilettes!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahah ! Et encore Mamie Josette peut vivre tout un tas d'aventures sur le trajet. Là y'a une aventure et c'est tout :D
      Tout le long de ma lecture j'ai hésité entre rire ou soupirer... puis finalement j'ai soupiré :')

      Supprimer
  2. J'ai ce livre dans ma PAL mais tu calmes mon envie de le lire ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après c'est chacun ses goûts. Mais ces points là m'ont particulièrement refroidis

      Supprimer
  3. Bon ok, je ne pense pas le lire et je préfère reste avec mon fantastique young-adult aussi ^^.
    Et je suis tout à fait d'accord avec ce que tu dis dans ta conclusion. Si c'est ça de vieillir, ça ne donne pas envie ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Clairement, j'ai eu l'impression de lire le moment de vie le plus ennuyant de cette quarantenaire. :')

      Supprimer
  4. Je suis sûr d'une chose : je ne lirais pas ce livre ! XD
    Je ne suis pas non plus le public visé et rien que la description de Camille m'exaspère ! --' ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne fais pas la même erreur ! Lis plutôt Gardiens des Cités perdues ;)

      Supprimer